Comment assurer son emprunt immobilier malgré le refus de la part des banques ?

Quelles sont les raisons qui bloquent l’obtention d’une assurance ?

Premier point important tout d’abord, cette assurance n’est pas obligatoire selon la loi, mais elle l’est rendue par les banques qui refusent tout simplement de prêter tant qu’elle n’est pas souscrite. Il y avait alors jusque la un problème de monopole de la part des établissements de crédit qui en plus de forcer l’adhésion à une assurance, l’imposer en leur sein, ne laissant ainsi aucun choix à l’emprunteur.

Une fois cette étape dans le passé, pour obtenir un prêt il faut aussi répondre aux différents critères financiers imposés par les organismes bancaires, à savoir la solvabilité, la capacité de remboursement pour ne cités que ces deux la.

Un des derniers point posant aussi la question du refus est la santé du client. Si celle ci est impeccable alors il n’y a aucun problème, en revanche, dès lors que certains soucis peuvent être considéré comme gênant aux yeux de la banque, ils peuvent occasionner des surprimes, des exclusions ou le pire, un refus de prêt.

Les maladies présentant le risque de refus d’assurance emprunteur

Elles sont, malheureusement, assez nombreuses et très variées. En effet, elles vont du simple surpoids, qui entraîne une surprime, aux cancers qui eux tout simplement entraîne un refus. C’est aussi le cas du sida, des Affections Longues Durée, des maladies cardiovasculaires ou encore des personnes greffées.

Bien qu’une règle du droit à l’oubli existe, il faut pour cela que la maladie soit guérie , c’est à dire, plus de traitement et aucune rechute das les 10 dernières années, il n’est que très peu appliqué, et dans les cas où il l’est, les surprimes sont très fortes et l’assurance comporte beaucoup d’exclusions.

Vers qui se tourner lorsque l’on présente un de ces « risques » ?

Il faut allez voir du côté des assureurs proposant de la délégation d’assurance, le plus souvent sur Internet. Les contrats proposés sont différents des contrats de groupe des banques et sont donc personnalisable en fonction des personnes à assurer et donc face au risque qu’elle représente vis-à-vis de la peur de l’impayé. L’atout majeur de ces contrats est le fait qu’ils sont généralement moins cher, de l’ordre de 40%, pour les mêmes garanties.

la solution de dernier recours et de faire appel à la convention AERAS, qui se charge d’étudier votre dossier de prêt sur plusieurs niveaux si il le faut, avant de trouver un arrangement amiable avec un assureur. Cette solution entraîne généralement des surprimes, mais elles sont négocier en amont par la commission de la convention dans les limites du raisonnable.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.